Nouvelles

11Avr

Aviez-vous déjà pensé à l’impact que la musique peut avoir lors d’un accompagnement en fin de vie? Je suis musicienne, plus précisément chanteuse. J’ai appris ce langage avant ma langue maternelle. La musique c’est la langue des émotions, de la spiritualité et de l’universalité. Certains compositeurs favorisent des états qui nous élèvent  par le choix des timbres, le génie des lignes mélodiques, de l’harmonie, et lorsqu’il y a un chant, les textes. Je peux vous confirmer que les sons et le choix des timbres précèdent les mots, car l’ouïe est le premier sens que nous développons dans le ventre de notre mère. Les mélodies reliées à des souvenirs heureux ou tristes prennent une signification particulière. Elles nous aident à comprendre. J’ai souvent chanté dans des résidences de personnes âgées, sur les étages de soins palliatifs et une fois au Centre jour à Michel Sarrazin. Ce qui me touche le plus c’est lorsque par la suite, une personne m’écrit que son dernier souvenir l’ayant aidé à passer au travers est un chant. Ce contact musical, alors que cette personne est en fin de vie, m’émeut. Lorsque mon père nous quittait, il y a quelques années, je montais plusieurs spectacles de chansons françaises. J’ai dû alors mémoriser ces textes et répéter ces mélodies qui m’ont aidé à passer au travers cette épreuve. Je me souviens plus particulièrement  des  chansons de Michel Fuguain Dis-moi pourquoi et de Diane Dufresne Les souvenirs heureux. Et puis, il y eut des spectacles classiques avec les arias qu’il adorait comme Connais-tu le pays ou Le chant de Solveij. Je me suis sentie choyée d’avoir la chance de transmuter  toutes les émotions de la vie et de la mort en musique et en sons provenant de mon corps. Au  moment de sa mort, aux soins palliatifs, j’ai décidé de chanter ce qu’il aimait. Ma famille était présente et nous occupions

Lire l'article

03Mar

«Se joindre à quelqu’un pour aller où il va en même temps que lui.» Je ne vous connaissais pas quand je suis arrivée dans votre vie, elle s’achevait déjà irrémédiablement. Au fil des rencontres hebdomadaires, l’apprivoisement s’est fait et un lien de confiance s’est tissé de plus en plus serré. Vous m’avez d’abord fait connaître vos proches sur les photos tenant une grande partie de l’espace autour de vous à l’image de l’importance qu’ils prenaient dans votre vie. L’occasion était propice et de nombreux souvenirs récents ou lointains ont été racontés. C’était parfois l’heure du bilan des amitiés, du travail, de la vie dans toutes ses couleurs. Vous m’avez aussi confié la tristesse de quitter vos proches, votre inquiétude à leur sujet, la peur de la souffrance à venir, la difficulté de faire face à l’inconnu. Puis la maladie a gagné du terrain et votre fatigue a augmenté. La mobilité s’est réduite et l’autonomie a diminué d’autant. Un nouveau rythme s’est installé et la qualité de notre lien a permis de longs moments de silence. Je sentais la fin se dessiner et je n’ai pas été surprise quand j’en ai été informée. Un moment de tristesse m’a envahie au souvenir de tous nos échanges, mais c’est davantage la gratitude qui m’anime aujourd’hui d’avoir eu le privilège de vous accompagner dans cette période unique de votre vie. Carole Nault Albatros Québec

Lire l'article

07Fév

C’est facile de penser que communiquer signifie s’exprimer, prendre la parole. Donner son opinion sur tout, tout le temps, immédiatement et se croire pertinent. Juger l’autre, le critiquer et penser savoir mieux que lui. Donner des conseils et ainsi éviter de se sentir impuissant. Réagir au quart de tour, prendre position rapidement et négliger la réflexion. Être préoccupé par la perception des autres, le désir de bien paraître et rester centré sur soi. Communiquer c’est aussi, et surtout, écouter. Mettre un peu plus d’humanité dans la vie. Faire preuve de solidarité avec les personnes en difficulté. Exprimer sa volonté d’accueillir, d’accompagner. Aller à la rencontre de l’autre, de soi. Permettre à une personne de s’entendre, de déposer son fardeau, de se sentir comprise. Donner à chacun l’impression qu’il compte, qu’il est important. Briser la solitude. Développer ses capacités personnelles, son empathie. Se sentir utile, apporter sa contribution à une société plus humaine. Retrouver la chaleur d’un véritable échange. Implanter l’amour au cœur de la vie. Carole Nault Albatros Québec

Lire l'article
Événements
Calendrier
<< Mai 2019 >>
lmmjvsd
29 30 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2